Bruant des roseaux à l’extrême ouest de l’Espagne

Par | 15 mai 2018

 Bruant des roseaux, femelle, Drôme, mars 2011La simple pose d’une bague sur un oiseau n’aurait aucun intérêt si il n’y avait pas de re-capture. Il est certain que la simple capture d’oiseaux permet de mettre en évidence la présence d’espèces très discrètes ou difficiles à différencier. Le baguage m’a ainsi permis de trouver dans les roselières Drômoises des Phragmites des joncs et un aquatique, des Locustelles luscinoïdes, des Rousserolles verderolles… Toutes ces espèces sont très difficiles à contacter de visu, et même pour certaines, impossible à identifier. Sans capture ces espèces n’auraient pas été recensées. La pose de bague permet, dans un second temps de quantifier les oiseaux présents sur un site. Quand on attrape plusieurs oiseaux d’une même espèce le même jour ou plusieurs jours de suite ou même sur plusieurs années, le baguage permet de savoir si c’est le même individu ou pas. Le baguage a bien sûr de nombreux autres objectifs, mais pour faire simple, le plus important est le contrôle (re-capture) de l’oiseau bagué.

L’hiver je bague des milliers de Bruants des roseaux. Je m’en fais régulièrement contrôler aux 4 coins de l’Europe. J’en contrôle également qui ont été bagué ailleurs. Il ne passe pas un mois de l’année durant lequel le Muséum d’Histoire naturelle de Paris, qui gère le baguage en France, ne me renvoie pas les nouvelles d’un Bruant des roseaux passé entre mes mains. J’avais contrôlé il y a quelques années, un Bruant des roseaux ayant été bagué en période de reproduction, au dessus du cercle polaire arctique, à 2775 kilomètres de la Drôme. C’est ma donnée la plus nordique mais aussi la plus orientale. Un oiseau que j’avais bagué, a été contrôlé au sud de l’Espagne, presque dans le détroit de Gibraltar à 1311 kilomètres. C’est ma donnée la plus méridionale. J’ai appris cette semaine qu’une femelle que j’ai bagué dans la Drôme au mois de novembre, a été retrouvé au mois de novembre à l’extrême est de l’Espagne, juste au dessus du Portugal. Cette femelle n’est pas descendue très au sud, mais elle a tout de même parcouru depuis la Drôme, plus de 1311 kilomètres. Il semble que les Bruants des roseaux passent les Pyrénées par l’Ouest et donc longent ces montagnes par le sud. En effet  j’ai plusieurs contrôles au sud de cette chaîne montagneuse alors que je n’en ai aucun au nord.

A voir aussi :