Gorgebleues à miroir

Par | 29 mars 2018

Gorgebleue à miroir, mâle, Drôme, mars 2017Avec la météo capricieuse de ce printemps, il n’est pas facile de pouvoir aller baguer. Je suis tout de même arriver à faire une session de capture cette semaine. En fin de nuit, après avoir fini de monter les filets de captures, je me suis baladé sur le chemin qui borde la roselière.  Dans la pénombre j’ai aperçu une Fouine qui remontait le chemin, dans ma direction. Je me suis immobilisé pour ne pas lui faire peur. Elle a continué à se rapprocher de moi. De temps en temps, elle se redressait sur ces 2 pattes arrières pour observer. Elle est passée tranquillement à environ 1 mètre de moi sans se soucier de ma présence. Il est vraiment rare de pouvoir observer les mustélidés d’aussi près et ce moment de plaisir m’a fait oublier que j’avais du me lever à 5h00 du matin pour tout installer.

Dès que je jour s’est levé, c’est dans le ciel que le spectacle a continué. Il y avait un gros passage migratoire. Les groupes de Milans noirs et de Busards des roseaux se succédaient. Les passereaux eux aussi n’arrêtaient pas de passer. Dans les filets de capture, l’intensité était moindre. Il faut dire qu’il n’y a presque plus de Bruants des roseaux. Les mâles sont tous partis et il ne reste que quelques femelles. J’en ai bagué une petite dizaine. J’ai tout de même eu la bonne surprise de capturer des Gorgebleues à miroir. Cette espèce n’est pas fréquente dans la Drôme et au printemps, je n’en capture même pas tous les ans. Ce matin là, j’en ai capturé quatre. Quatre magnifiques mâles de la sous espèce Cyanecula. J’ai également capturé quatre Rémiz pendulines, quatre mâles également. C’est le début de la migration pour ces deux espèces. Comme chez la plupart des espèces, les mâles précèdent les femelles. 

A voir aussi :