Suivi des nichoirs

Par | 24 mars 2020

Sur mon terrain, en Drôme des collines, j’ai une vingtaine de nichoirs. Il y en a de toutes tailles et de toutes formes pour différentes espèces. La grand majorité sont des nichoirs en L, utilisés par les  Mésanges bleues et Mésanges charbonnières.  Les Moineaux domestiques et le plus rare  Moineau friquet affectionnent ce genre de nichoir, mais il n’y en a pas chez moi. 

Les nichoirs plus spécifiques, sont plus rarement utilisés. Pour la première fois l’an dernier, un couple de Huppe fasciée a nichée dans l’un d’entre eux.

la Chouette hulotte et la Chouette effraie se sont limitées à visiter les nichoirs qui leur étaient destinées. Le Grimpereau des jardins n’a utilisé son nichoir une seule fois en 20 ans. J’ai également installé des faux nids à Hirondelles de fenêtre, sans succès jusqu’à aujourd’hui.

Tous les ans je suis les nichées de Mésanges et note la date du premier oeuf pondu. Inutile de passer tous les jours. Il suffit de passer une fois par semaine et de compter les oeufs. Sachant qu’un seul oeuf est pondu par jour, on a ainsi la date de début de ponte.

En 16 années de suivi, les premiers oeufs de mésanges ont été pondus entre le 18 mars et 18 avril. J’ai constaté que ces dates dépendaient énormément de la météo du mois de mars. Cette année, le mois de mars est particulièrement doux. Le premier oeuf a été pondu le 22 mars dans un nichoir et le 23 dans un autre. Le réchauffement climatique a aussi sont influence. En calculant l’équation de la droite de régression avec la méthode des moindres carrés, on constate que durant ces 16 années de suivi, la date de première ponte avance en moyenne de 0,93 jour par an.

A voir aussi :